Benoît Thiel

PEINTURES

Ce peintre autodidacte déploie sur fond blanc des compositions charpentées de traits et de traces dans une gamme chromatique réduite : rouge japonais, bleu roi et noir industriel. Les constructions labyrinthiques de cette peinture non figurative se confrontent manifestement avec son parcours. En effet, s’il garde la précision et la rigueur que lui demandait son métier de dessinateur industriel, il essai sans cesse de s’en distancier par une sobriété radicale du geste et une énergie structurelle réinventée.

 

Depuis longtemps, il souhaitait se libérer de son quotidien rythmé par la réalisation de motifs géométriques précis et rigoureux, ne laissant aucune place à sa créativité. Ici, ses traits s’allongent, verticalement et horizontalement, ayant seulement pour limite le cadre de la toile. Ils se percutent sans bruit dans une transparence fine. La brutalité de ses traces est allégée par le grattage et l’étalement permis par l’utilisation d’outils industriels.